Carrefour bio, au delà des clichés sur la grande distribution

Le bio de la grande distribution, il y a des raisons d’en douter. Mais si on allait quand même voir par nous-même, au delà des clichés ?

C’est ce que j’ai fait il y a quelques semaines, quand le magasin Carrefour de Lattes (près de chez moi à Montpellier) m’a invitée à venir découvrir son nouveau rayon bio, avec une surface doublée et beaucoup plus de vrac. Perplexe ? Non, curieuse. Et je n’ai pas regretté ma visite.

Je vous raconte…

pain carrefour bio

Si vous suivez mon blog, vous connaissez mon engagement pour la qualité des produits et le respect de l’environnement qui doit aller avec (enfin il me semble, on n’a qu’une planète). Au supermarché, je suis du genre à regarder attentivement les étiquettes, et je fais très attention à la composition des produits ainsi qu’à leur origine. Par exemple, hors de question pour moi d’acheter des tomates d’Espagne alors que c’est la pleine saison en France : question d’éthique, de qualité, et surtout d’écologie. J’essaie aussi de manger bio au maximum, autant que mon budget me le permet. Par contre, lorsque je vois un légume étiqueté bio emballé dans 3 couches de plastique et qui a parcouru la moitié du monde, j’ai tendance à lui préférer le produit local issu de l’agriculture raisonnée… En bref, si le label est souvent un gage de qualité relativement fiable, rien ne vaut le bon sens.

Par ailleurs, je ne vais pas vous mentir, avec une vie très active, je fais la plupart de mes courses en grande distribution pour le côté pratique, même si je privilégie dès que possible le marché de mon village ou les petits commerçants de Fraichy pour les légumes et la viande. Il y a bien des manières de manger sainement, quelque soit le circuit de distribution choisi : c’est à nous, consommateurs, de faire les bons choix. 

Justement, en arrivant dans le rayon bio nouvellement réaménagé de Carrefour Lattes, j’ai été agréablement surprise par le choix, la fraîcheur des fruits et légumes frais, et surtout la grande variété de produits en vrac. En effet, Carrefour semble être la première enseigne de grande distribution qui propose des fruits et légumes bio ET locaux en vrac, ce qui permet de réduire les emballages inutiles et aussi de n’acheter que la quantité désirée d’un produit. Ouf, plus besoin d’acheter un kilo de carottes sous plastique quand je n’ai besoin que de deux carottes bio pour ma salade ! Et si ces carottes peuvent être locales, je préfère aussi…

J’ai d’ailleurs trouvé de belles tiges de rhubarbe, avec lesquelles j’ai réalisé la recette des petits gâteaux renversés du livre “Vegan” de Marie Laforêt 😉

rhubarbe carrefour bio

A côté de ça, on retrouve de nombreuses références de céréales, graines, fruits secs et pâtes de toutes sortes présentées dans des distributeurs de vrac. Là encore, pas de gaspillage. Il y a même une personne dédiée qui travaille en permanence dans ce rayon pour vous conseiller et vous servir en produits vrac. 

carrefour bio vrac

Ce nouveau concept de rayons bio, nommé “bio expérience”, est présent sur quelques magasins en France, pour être décliné à terme sur tous les points de vente. D’ailleurs, Carrefour ne va pas s’arrêter là et quoi qu’on puisse en dire, c’est une bonne chose pour le consommateur et l’environnement. Stratégie marketing ou pas seulement, idées reçues sur la grande distri ou non, plus de bio sur le marché, c’est moins de pesticides sur Terre, et plus de vrac, c’est moins de déchets à consommation égale. Sachant que les grandes enseignes alimentaires totalisent plus de la moitié des achats alimentaires même en bio, il doivent prendre leur place et leurs responsabilités dans la transition alimentaire.

Dans ce cas précis, Carrefour s’est engagé sur une série d’actions concrètes pour améliorer la qualité des produits, avec le programme Act for Food :

  1. Garantir des produits bio d’origine française à des prix accessibles. D’ailleurs, toute la gamme Carrefour bio va être retravaillée avec le maximum de matières premières origine France.
  2. Exclure 100 substances controversées de tous les produits Carrefour.
  3. Réduire l’utilisation de pesticides chimiques dans les gammes Carrefour.
  4. Supprimer les traitements antibiotiques en élevage.
  5. Garantir un choix de poissons issus de la pêche responsable.
  6. Supprimer totalement les OGM dans la nourriture des animaux d’élevage.
  7. Doubler la gamme végétarienne.
  8. Proposer plus de fruits et légumes issus de semences paysannes.
  9. Garantir la traçabilité des produits avec plus de transparence.
  10. Aider les agriculteurs à se convertir au bio.
  11. Lutter contre le gaspillage, par exemple avec les rayons vrac.
  12. Supprimer des rayons bio les légumes qui ne sont pas de saison. Un grand défi, prévu de manière progressive par l’enseigne. Après, il faut aussi que tout le monde joue le jeu et ne réclame pas des tomates en hiver…
  13. Réduire les emballages. Sur ce point, depuis quelques temps il est possible d’apporter ses propres contenants pour acheter des produits en vrac ou à la coupe, comme par exemple le fromage. On s’y met ?

Un programme ambitieux, à suivre sur le long terme…

Une chose est sûre, c’est que cette fameuse transition alimentaire ne se fera pas sans l’implication de chacun(e) de nous. Comme dit le colibri, “je fais ma part à mon échelle”.

Note : j’ai été invitée à visiter le rayon Carrefour bio de Lattes et j’ai pu échanger sur ces problématiques avec le directeur de magasin. En outre, cet article n’est pas sponsorisé et ne fait que refléter avec sincérité ma propre réflexion sur le vaste et complexe sujet de l’alimentation durable. J’essaie de valoriser sur ce blog toutes les initiatives qui me semblent utiles, quelque soit leur origine et les idées reçues qui peuvent y être associées.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *