A la découverte des plantes sauvages comestibles

Dimanche dernier fut une journée spéciale et très enrichissante. Une journée sur le thème des plantes sauvages : pas n’importe lesquelles bien sûr, les comestibles. Saviez-vous que beaucoup des plantes qui se trouvent tout près de chez nous, que nous prendrions presque pour des “mauvaises herbes”, sont en fait comestibles ? Et qui plus est très intéressantes à utiliser en cuisine ? Eh bien, je vous avoue que je l’ignorais encore il y a quelques mois.

C’est mon amie Cécile Couète, passionnée de botanique et spécialiste du sujet, qui m’a proposé ce projet original de cueillette consciente associée à un atelier cuisine : une idée qui m’a plu tout de suite ! Il est vrai que comme avec n’importe quel ingrédient, ce n’est pas tout de connaître les plantes, il faut savoir les associer et sublimer leurs saveurs en cuisine !

Je vous en dis un peu plus sur notre journée du dimanche 25 février…

Comme prévu, nous avons débuté la sortie à 10h, par une cueillette dans la nature autour de Vergèze (30), et de sympathiques découvertes étaient au rendez-vous : roquette sauvage, aillère, silène, nombril de Vénus, chardon marie, et même des blettes ! J’ai moi-même été surprise de trouver une telle densité de plantes comestibles sur quelques centaines de mètres à la ronde !

 

 

Après 1h30 de cueillette consciente sur les conseils avisés de Cécile, la faim commençait à se faire sentir… il était temps d’aller découper toutes ces herbes (avec un couteau de cuisine, cette fois) pour en faire de bons petits plats. Ça, c’est mon affaire !

 

 

Nous voici donc partis pour un atelier cuisine au menu pour le moins surprenant, quand on n’a pas l’habitude de “cueillir” sa nourriture comme le faisaient nos ancêtres. En entrée, une soupe de bettes (ou blettes, on dit les deux) aux pommes, un pesto de plantes sauvages (la recette secrète de Cécile 🙂 ), et des gratins individuels de pomme de terre au maceron (une herbe dont le goût rappelle le céleri).

 

 

Pour le plat principal, des crêpes au sarrasin à la truite fumée, sublimées par une crème à l’oseille sauvage… inutile de préciser qu’il n’en est pas resté une seule !

Et pour finir, le dessert : j’avais préparé pour les participants le fameux cake citron pavot du blog, qui est toujours apprécié, ainsi qu’une pannacotta légère au sirop de violette, pour rester sur une touche “botanique” !

 

cake citron pavot

 

Après ce copieux repas, nous sommes repartis à la découverte d’autres plantes sauvages dans la garrigue.

Bref, une expérience riche de partages et d’apprentissages, et une occasion de se “reconnecter” à la nature, souvent oubliée dans nos vies si mouvementées. Merci à Cécile pour son expertise, et aux sept participants pour leur intérêt et leur investissement tout au long de cette journée. Nous vous donnons d’ailleurs rendez-vous dès le mois d’avril pour découvrir tous les secrets des fleurs comestibles ! Plus d’informations à venir sur la page Facebook notamment, restez à l’écoute…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *